Les cycles d'entraînement pour le cyclisme

Introduction

Pour atteindre son but, que ce soit rouler à grande allure sur une course, ou effectuer une grande distance il faut s'entraîner. Un entraînement bien conduit sur une période permet de progresser.

Un cycliste qui ne parcours que 50km maximum aura du mal à boucler 100km sans augmenter progressivement la distance. De la même manière un cyclo qui roule à 30km/h de moyenne en peloton aura beaucoup de difficultés à rester dans les roues à 38km/h.

Progression par palier

Pour repousser ses limites il faut varier les entraînements. En effet le corps humain s'habitue aux sollicitations et un même entraînement répété ne permet pas de progresser aussi bien que la variation des types d'exercices au fil des séances. De plus dans un entraînement on peut difficilement effectuer plus de 2 ou 3 types d'exercices tout en conservant l'intensité adéquate.

Votre état de forme est donc temporaire et varie suivant les sollicitations. Le but va être de solliciter le corps suffisamment pour que l'entraînement soit utile, mais pas trop pour éviter le surentraînement.

Phases de travail et de repos

Quand on s'entraîne les muscles sont sollicités par la pratique du cyclisme. Contrairement à une idée reçue ces muscles ne s'améliorent pas vraiment pendant l'entraînement mais après. Le corps comprend qu'il n'était pas assez préparé et va modifier les muscles afin d'être en meilleure condition la fois suivante. Mais toute modification du corps humain est temporaire et si vous ne sollicitez pas vos muscles régulièrement ils fondent, le coprs estimant qu'il n'est pas utile de les conserver tels quels. Le repos c'est du travail ! En clair il faut laisser le temps au corps de procéder aux ajustements qu'il estime nécessaire. Rouler tous les jours n'est pas spécialement une bonne idée, voire un très mauvais choix qui vous mènera au surentraînement.

Macrocycle et microcycle

Le plan d'entraînement peut être découpé en macrocycle et microcycle. Par exemple sur trois mois de préparation on peut effectuer un macrocycle, constitué de trois microcycles de 4 semaines.

Dans un microcycle de quatre semaines, on passe généralement trois semaines à solliciter fortement son organisme, et la dernière semaine on conserve le rythme mais on diminue la durée pour n'effectuer qu'environ 50 à 60% d'une semaine type. Celà permet au corps de se reposer sans que vous ayez à couper votre entraînement.

Varier les exercices

Le fait de varier les exercices permet de solliciter différemment les muscles et le coeur et de profiter au maximum des ajustements effectués par l'organisme. Votre entraînement est aussi moins répétitif et plus ludique.